Mon rapport avec les bébés.

Actuellement, j’ai 23 ans. J’ai passé ma vie à l’école et je suis en passe de terminer mon Master 2. Le plus merveilleux des Hommes, lui, a 25 ans. Il a eu le courage de reprendre ses études et est également sur le point de les terminer. Après cela, il faudra que nous trouvions, tous les deux, un travail correspondant à nos formations et enfin un chez-nous qui va peut être nous contraindre à déménager… loin. Les quelques mois à venir voire l’année qui va suivre s’annoncent chargés et déjà suffisamment effrayants. En plus de tout cela, les bébés ont envahi ma vie.

BebeC’est simple, en ce moment, j’en vois partout : copines, anciennes collègues, amies ou famille d’amies. Les bébés débarquent par dizaines autour de moi et là, ça devient dur. En effet, voir toutes ces mignonnes petites bouilles, je ne peux pas dire le contraire, ça crée l’envie. Je sais que Chéri-Lou est prêt mais moi, assurément, non. Que se serait une drôle d’idée de faire venir une petite crevette alors qu’on a tous les deux du retourner chez nos parents et que notre avenir est loin d’être tracé! Et pourtant, ça crée l’envie.
Mais malgré cette envie, je veux profiter de notre jeunesse. Je veux que l’on voyage, que l’on découvre des paysages, que l’on fasse de nouvelles rencontres, que l’on ait de nouvelles expériences. Je veux que l’on puisse profiter l’un de l’autre en toute innocence, simplement passer l’un à côté de l’autre les jours dans un train train rassurant et confortable. Je veux aussi qu’on se stabilise financièrement aussi. Car là, c’est un peu la zone de turbulence pour ma part. A la différence de Chéri-Lou, j’ai toujours connu les bancs de la fac. J’ai donc envie, une fois que tout ça sera terminé, de profiter un peu de la vie. D’avancer professionnellement un petit peu. De faire ce qui me plait, ce que je veux, ce que j’ai envie sans être contrainte par quelque chose (comprendre, en l’état actuel des choses, les cours à réviser). Mais malgré tout ça, je ne peux pas le nier, ça crée l’envie.

Ca crée l’envie car se serait le plus beau symbole de notre amour, car ça serait la plus belle chose que je pourrais offrir à Chéri-Lou qui attend cela depuis si longtemps. Pourtant, j’ai peur à l’idée de voir un petit bout entrer dans notre vie. Peur tout d’abord de ne pas réussir à m’en sortir, de ne pas réussir à lui offrir tout ce dont il aurait besoin. Peur aussi, il ne faut pas se le cacher, de voir mon corps changer. Peur qu’il ait quelque chose qui ne va pas. Peur aussi tout simplement de ne pas réussir à tomber enceinte. Il ne faut pas se leurrer, ça n’arrive pas qu’aux autres. C’est une possibilité à prendre en compte. Peur d’avoir mal. Peur d’avoir excessivement peur pour ce futur petit être.. Bref, tout un mélange de sentiments… Et c’est ça qui me fait me dire que non, définitivement, je ne suis pas prête. Pourtant… ça crée l’envie.

J’ai peur aussi de changer. J’ai l’impression que pour certaines, une fois qu’elles ont mis au monde leur enfant, les problèmes des Autres (comprendre, les sans-enfants) n’ont aucun intérêt. Se sont juste des futilités de la vie sur lesquelles il n’est même pas nécessaire de s’arrêter. Alors que le fait que leur nouveau-né ait perdu sa chaussette est une véritable catastrophe. Fort heureusement, j’ai autour de moi des mamans pour qui les Autres ont encore un intérêt et donc je me dis que tout n’est pas perdu :) Mais si, moi aussi, je devenais comme ça!?

Et puis j’ai peur aussi qu’on fasse entrer un petit être dans un monde de cinglés. On lit et on voit tellement d’horreurs au quotidien que souvent je me demande l’avenir que l’on prépare à nos enfants. Est-ce raisonnable de faire venir au monde un enfant, alors que la société part en sucette total?!
Mais je sais aussi que ce futur enfant ne manquera pas d’amour. Que ses futurs-parents l’aimeront, c’est certain. Son futur papa envisage déjà de l’inscrire à un sport de combat pour qu’il apprenne à se défendre, surtout si c’est une fille. Même si elle n’évoque pas beaucoup cette réalité, sa future grand mère maternelle est impatiente de lui tricoter de la layette. Il ne manquera pas de tontons et de tatas (que se soit de coeur ou de sang). Mais j’ai peur.
Laissons nous encore un petit peu de temps. Mais, il n’y a pas de doute, ça crée l’envie!
Publicités

11 réflexions sur “Mon rapport avec les bébés.

  1. Quel bel article ma belle!! :)

    Tu sais, actuellement ma cousine française a sa petite bouille de 3 ans en vacances a Maurice.. Quand je vois tout l’amour que cette petite m’apporte.. Des Bisous, Des Câlins, des jeux.. Elle parle, elle parle.. Elle couvre son prochain d’amour.. Je ressens comme un vide de ne pas avoir mon homme avec moi et j’ai aussi envie quand je vois cette puce me couvrir d’amour, quand je vois ses parents tellement heureux, les grands-parents éblouis… Et ça me donne envie de dire à Loulou: Ok on le fait ce bébé!!

    Et pourtant comme toi je ne suis pas prête et aspire à encore beaucoup de choses avant de faire rentrer des mini-moi dans la vie.. Je te comprends parfaitement! Mais profite vraiment de ce que la vie va t’offrir quand tu seras bientot libre (fini les études) et que tu pourras enfin construire ta vie.. Je suis sure que tu sauras quand le bon moment sera venu…

    Moi ma princesse repart dimanche.. Suis déjà triste.. Samedi je crois que je vais profiter un maximum de toutes ces attentions et faire le stock de bisous.. Elle a commencé à réaliser car maintenant quand elle me dit Au revoir, elle me fait des bisous non-stop pendant 3 minutes!!! :D Comment tu voudrais ne pas craquer hein??!! :D

    • Merci ma jolie :)
      Je comprends tout à fait ce que tu peux ressentir avec ta petite cousine qui a l’air très mignonne et très attentionnée avec ses proches. Je pense qu’il faut laisser le temps au temps et que, pour l’instant, ce n’est vraiment pas le bon moment. Ca viendra quand ça viendra et ça sera comme une évidence. Si je me pose tant de questions, c’est que ce n’est pas une bonne idée.
      Profites bien de cette petite chérie tant qu’elle est là et fais toi un gros stock de bisous!
      Gros bisous à toi et merci pour ton commentaire!

  2. Je te comprends, voir des petits bouts comme ça, ça donne envie ! Mais quand j’ai mon neveu et ma nièce pendant deux semaines je me rend compte que je suis pas prête, j’ai pas la patience. Tu es encore jeune, tu as tout le temps d’en faire une fois que tu auras une situation stable. Profite de la vie, les enfants ça viendra bien assez vite :) et ce que tu seras est tout à fait normal ma belle ! Gros bisous !

    • Oui c’est vrai que pour se faire une idée de ce que c’est que d’avoir des bouts de choux, garder ses petits cousins peut être une très bonne expérience :) Vous avez toutes raisons, profitons de la jeunesse mais je ne sais pas pourquoi, cet article me tenait à coeur depuis quelques temps.

  3. Bon je vais en rajouter, mais effectivement, le fond de la question c’est d’être prète à passer à ce stade, à assumer pleinement et sereinement la maternité, car en la matière, il n’y a pas de SAV ^_^ (bon ok, les grands-parents sont ravis de nous inonder de conseils et de prendre en charge les petits bouts à l’occasion).

    Je pense qu’il ne faut pas que tu te prennes le choux avec cette question, profite plutôt du temps présent, à construire ta vie et tout viendra naturellement.

    • Je te remercie pour ton commentaire :) C’est vrai que parfois, ça doit manquer d’un mode d’emploi le job de parents! On apprend pas ça à l’école… c’est dommage. Je vais continuer à profiter de mon couple, de mes amis etc et quand ça viendra, ça viendra :)

  4. Je comprends ce que tu ressens sauf que pour le moment, mon avis n’a pas changer sur le fait que je ne veux pas d’enfant, non pas parce-que je ne les aime pas (car c’est l’inverse, c’est pas pour rien que je suis nounou et animatrice en centre de loisir par moment à coté de mes études) mais parce-que je refuse catégoriquement de donner la vie par égoïsme alors que ce monde part en total dérive et que l’avenir craint (+ certaines peurs évidemment et l’envie de profiter, sans parler du fait que j’ai même pu de copain lol). Par contre, la chose à laquelle je songe, c’est l’adoption. Les enfants sont déjà nés, et je me dis qu’au moins l’adoption leur permettrai pour la plupart d’être le moins malheureux possible et surtout de ne pas être seul. Bise la miss

    • C’est sur qu’il ne faut pas faire un enfant par égoïsme. Il faut penser aux conséquences. C’est pour cela qu’en ce moment, pour moi, c’est impossible. Je n’aurai jamais les moyens de lui fournir tout ce dont il a besoin. Et comme tu dis, le monde de dingue dans lequel on est m’effraie aussi :s par contre, j’avoue que pour ce qui est de l’adoption, très bêtement, je n’avais encore pas songé à cette possibilité.
      Merci infiniment pour ton commentaire :) Bisous à toi

Laisse moi un petit message

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s